En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X
Actualités

18 mai 2016

Quand l’assurance s’accorde avec l’intelligence artificielle

L'intelligence artificielle s'introduit dans l'assurance. Tout le monde a déjà entendu parler d’intelligence artificielle, une technologie décrite comme l’intellect d’un appareil informatique constitué d’une multitude d’algorithmes, capables de résoudre un problème technique. Cette technologie a bouleversé notre quotidien : l’Intelligence Artificielle, ou IA, envahit tous les secteurs y compris celui de l’assurance.

Intelligence artificielle, de quoi s’agit-il ?

intelligence_artificielle_2

En un peu plus d’un demi siècle, l’intelligence artificielle a considérablement évolué. On le constate notamment dans le secteur de l’industrie automobile qui remplace petit à petit les hommes par des robots. Les grands acteurs du numérique s’en servent par exemple pour améliorer la pertinence et le choix de réponses aux requêtes sur Google, ou encore pour permettre aux mobinautes de consulter la météo sur leur iPhone grâce à Siri. L’intelligence artificielle est ainsi mise à contribution pour vous simplifier la vie et vous guider dans votre quotidien. Il en existe deux types :

  • L’intelligence artificielle forte ou dite ascendante désigne un automate qui stimule l’intelligence mais qui serait également doté de sentiments et d’une conscience proche du comportement humain. L’IA forte semble comprendre ses propres raisonnements et apprendre de ses erreurs ; comme par exemple le « deep learning » qui est une méthode permettant à une machine d’évoluer grâce à un apprentissage automatique. Facebook lance dernièrement une nouvelle fonctionnalité qui utilise des avancées de l’IA, notamment la description de photo publiées pour les aveugles et malvoyants.
  • Contrairement à l’IA forte, la nature de l’IA faible (ou descendante) ne pense pas, elle exécute seulement la tâche qui lui a été demandée d’accomplir. Ces programmes n’ont pas pour objectif d’évoluer. Ils reflètent uniquement les idées et la logique des humains. Avec cette Intelligence Artificielle faible, nous construisons des systèmes de plus en plus autonomes comme les jeux vidéos dans lesquels le joueur qui dirige un personnage se déplace et évite les obstacles. Mais en réalité, aucun raisonnement logique n’est exprimé, ces commandes sont automatiques.

L’IA, de plus en plus utilisée dans les secteurs de la banque et de l’assurance

Les assureurs ont recours à l’intelligence artificielle lorsqu’ils enregistrent les données récoltées via les smartphones des clients et autres objets connectés. Par exemple, certaines compagnies d’assurance proposent aujourd’hui l’offre “Pay as you drive”, une assurance au kilomètre ajustée selon l’utilisation du véhicule. Le montant de la cotisation de l’assuré dépend ainsi du nombre de kilomètres qu’il effectue réellement. Ces informations sont transmises par un boîtier installé dans son véhicule. L’intelligence artificielle a également servi au lancement de bracelets fitness connectés destinés à récompenser les assurés qui pratiquent une activité sportive, ou encore à la mise en sonnettes intelligentes pour prévenir l’assuré en cas de tentative d’infraction.

IA_photo_3

Par ailleurs, de plus en plus de banques se tournent également vers l’automatisation. Ces dernières s’apprêtent à déléguer une partie des tâches de leurs conseillers à des robots grâce à l’informatique cognitive. Nous le constatons par exemple avec le système d’intelligence artificielle Watson créé par le géant IBM. Ce robot est capable de traiter automatiquement le langage naturel. Il peut ainsi échanger avec un client, que ce soit par mail, par chat ou en synthèse vocale. Autre application majeure bientôt mise en place : un analyseur d’e-mails qui lira le contenu des mails envoyés par les clients, identifiera leur intention et le niveau d’urgence pour optimiser leur traitement. Il pourra également proposer au conseiller clientèle des modèles de réponses pré-formatées.

L’Intelligence Artificielle ouvre de nouvelles opportunités dans le secteur de l’Assurance et n’en est encore qu’à ses débuts. En matière d’offres mais aussi au niveau de la Relation Clients où l’Intelligence Artificielle permettra d’automatiser les actions en fonction des comportements et profils des assurés. En parallèle, les objets connectés posent de nouvelles questions structurantes en matière de risques et de responsabilité. Et dans un univers très concurrentiel où des relations humaines de qualité sont des arguments forts, chaque acteur de l’Assurance devra identifier son propre équilibre entre le contact humain et le tout-automatisé.

Découvrez aussi...